Abattage des platanes: Intervention en Conseil Municipal

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Grand Avignon

Madame le maire, chers collègues.

Cette délibération nous demande de voter une convention qui vise à surveiller les platanes atteints du chancre coloré.

Certes, il est important de connaître l'état des lieux, mais dans quel but ?

A cette question, il m'a été répondu que le but est de lutter contre la propagation de cette maladie qui se développe depuis 70ans en France.

Depuis 70 ans, on coupe des arbres malades, et, sans discernement, bien plus encore surtout des arbres sains dans un rayon allant de 35 à 50m autour des arbres malades.

Depuis 70 ans , la maladie continue pourtant de se propager !

A un moment, il faut peut être se poser quelques questions sur ces abattages massifs qui n’arrêtent toujours pas la progression de cette maladie.

Prenons l'exemple du dernier chantier d'abattage des allées de L'Oulle la semaine dernière.

22 platanes dont 3 à 4 malades avérés. A priori, ces arbres sont très loin d'autres arbres et ne pouvaient se contaminer qu'entre eux. Aucun risque de contamination en dehors de ce parking, il est important de comprendre cela pour suivre notre raisonnement.

Combien en a-t-on sauvé ? 1 seul, pour la forme.

On aurait pu se contenter de couper les 3 ou 4 malades si les services les jugeaient dangereux en raison de leur fragilité par grand vent, et conserver les autres. Plutôt que de replanter 21 arbres ridiculement petits, on aurait pu, pour un coût équivalent voire moindre, remplacer les quelques arbres par des spécimens de belle taille.

Mais le pire dans tout ça, c'est que ce foyer qui était limité aux 22 arbres risque de contaminer bien au delà après cet abattage.

Je m'explique : Lors de l'abattage, il n'y avait aucun périmètre de confinement des sciures et même pas de périmètre de sécurité, pas de bâchage des camions transportant les arbres abattus, des nuages de sciure sur le parking, sur la route et sur les passants.

Je n'ai vu, ni les élus, ni les services de la préfecture, seulement des techniciens et la police. Personne pour faire appliquer ces mesures prophylactiques ! Incompétence, irresponsabilité, malveillance, intérêts divers ? On peut légitimement se poser des questions.

Pourtant, il est reconnu par la communauté scientifique que la contamination se fait Principalement à l'occasion d'élagages, ou lors de travaux de terrassement : Les agents intervenant dans la dissémination de la maladie sont tous les outils et engins susceptibles de blesser les platanes, l'eau pouvant véhiculer les spores de champignon (cours d'eau, fossés ...) et tous les débris provenant d'arbres atteints de chancre coloré.

En conclusion, on ne sauve pratiquement aucun arbre, on propage la maladie, cela coûte très cher au contribuable et on défigure Avignon.

Les élus écologistes demandent :

1 Un arrêt de l'abattage des arbres sains, la mise en place d'un protocole de test de traitement phytosanitaire pour les arbres potentiellement malades ou faiblement chancrés. Protocole reconnu par le ministère de l'agriculture et qualifié par ce dernier de prometteur.

2 Pour les arbres malades et dangereux, une coupe dans un périmètre confiné avec récupération des sciures et transport par camions bâchés avant l 'incinération des bois contaminés. Désinfection de tout le matériel de coupe, des engins et des personnes. On doit agir avec un protocole presque semblable à celui d'une épidémie virale car cette maladie est présentée comme très contagieuse par les experts. Compte tenu de la difficulté à ne pas propager la maladie par l'abattage, cela doit donc se réduire au strict minimum, c'est à dire à l'abattage des arbres fragiles qui peuvent devenir contagieux. Parfois, le remède est pire que le mal !

3 Replantation des arbres coupés par des spécimens de grande taille à raison de deux arbres pour chaque arbre coupé, dans un périmètre proche de ceux abattus et en concertation avec les riverains. Replantation par des espèces adaptées et variées de façon à ne plus avoir ce problème de contamination d'une espèce unique. Il faut réintroduire de la bio diversité.

4 Mise en place d'un règlement de voirie qui protège les arbres lors des travaux de terrassement et désinfection des engins qui opère près des platanes.

5 mise en place pour une durée d'un an d'une commission extra-municipale chargée de poser les objectifs et les principes éthiques d'une politique de l'arbre dans la ville. Pourraient s'y impliquer les associations écologistes et de protection des oiseaux, ainsi que 1 ou 2 représentants de chaque conseil de quartier.
cette commission aurait ainsi le temps d'aborder tous les problèmes, d'entendre les arguments, de demander des précisions à des experts, afin de parvenir à l'obtention d'un consensus.

Les élus écologistes ont 4 questions auxquelles nous souhaitons des réponses précises :

  1. Quel coût pour combien d'arbres l'an passé : abattage, dessouchage et replantation

  2. Coût, nombre et lieux pour cette année et l'an prochain

  3. Pourquoi pas d'appel d'offre global pour les 400 arbres avec un cahier des charges contraignant ?

  4. Pouvez-vous mettre à la disposition du public, le rapport sur les arbres chancrés et les rapports de l'état des arbres fait après abattage.

Lors de la commission environnement puis des finances,il ne nous pas été possible d'obtenir ces informations.

Pouvez vous répondre de façon précise à ces quatre questions.

Enfin, nous savons que le conseil municipal, n'est pas un lieu pour impliquer les Avignonnais ni répondre à leurs interrogations légitimes face à un abattage massif du patrimoine végétal.

Nous demandons donc un débat public entre un ou deux représentants des écologistes et un ou deux représentants de la mairie. Un journal local ou une radio locale pourrait être partenaire et servir de modérateur. Nous pourrions exposer nos points de vue respectifs et répondre aux questions des Avignonnais. Mme le Maire, êtes vous d'accord pour ce débat ?

En conclusion, a l'instar de l'association des maires de l’Aude, nous demandons en urgence un moratoire sur l'abattage des arbres sains.

Commenter cet article