Un projet de budget fade et un rapport sur le développement durable poussif !

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Grand Avignon

Vous trouverez ci-dessous deux interventions des élus écologistes à la ville d'Avignon au Conseil municipal du 25-01-2017

Intervention relative au débat d'orientation budgétaire.

Madame le maire chers collègues.

Tout d'abord, on peut constater, et c'est une bonne chose , que la gestion des finances publiques, au vu des chiffres présentés, semble saine.

Pour 2017, les recettes de fonctionnement restent semblables à celles estimées pour 2016. A ce propos, peut-on avoir une idée du plan d'homogénéisation et rationalisation des services municipaux mentionné page 10 du document ?

Les recettes stables donc,

les dépenses de fonctionnement réduites :

On note 6% (p11) pour les charges à caractère général ( 6% de 22,5Md'€ soit 1,3Md'€) peut-on avoir des détails ?

Concernant les charges de personnel, on note l'ambition de ne recruter qu'un fonctionnaire sur deux partant en retraite. Il nous semble que la pyramide des ages prévoit de nombreux départs à la retraite.

Ma question est : Combien de départs l'an prochain ? Dans quels domaines y aura-t-il moins de fonctionnaires ?

Avec des renouvellements importants de personnel, on devrait escompter une réduction arithmétique de la masse salariale par des personnels en début de carrière comparés à des personnels en fin de carrière ? Effet pour 2017 et les années suivantes.

Plus largement, on lit p18 que l'économie globale est de 54 postes depuis 2014.

Est-ce dû pour partie au transfert de compétences et de personnel vers le GA ?

Dans quels services a-t-on réduit le personnel ?

Peut-on avoir un détail de l'ensemble des recrutements depuis 2014 et à quels postes ?

Quel est l'impact sur la charge de travail , la motivation du personnel et les relations avec la mairie ? Peut-être pouvez-vous faire un lien avec l'absentéisme ?

On note avec intérêt trois points dans ce débat budgétaire que nous saluons  :

Un arrêt de la baisse des subventions aux associations.

Un budget participatif.

Des aménagements cyclables pour 550000€

Quels sont les grands objectifs et réalisations pour 2017 ?

Pour résumer :

Beaucoup de rénovations nécessaires de bâtiments à la charge de la municipalité.

Un plan numérique des écoles dont nous doutons de l'efficacité avec toujours plus d'écrans pour les enfants dès le plus jeunes âge alors que les écrans sont déjà omniprésents en dehors du cadre scolaire (nous avions déjà contesté de choix coûteux et peu judicieux ).

Un grand aménagement pour 4Md'€ du quartier des Halles et de la rue Bonneterie sensé améliorer l'attractivité du centre ville, ce qui reste à démontrer.

Un budget, c'est la concrétisation d'un projet politique or ce budget assez terne, ne fait pas apparaître de vision politique et se résume à une gestion en bon père de famille, des choix contestables sur le plan numérique, un réaménagement urbain coûteux avec une espérance douteuse sur le bénéfice en terme d’attractivité de centre ville.

Pas de véritable ambition en terme d'environnement ni développement durable( nous y reviendrons)

Pas de proposition forte dans le social.

Pas un mot sur la sécurité.

Sur l'attractivité de la ville, on reste sur notre faim.

 

Bref, une budget fade qui ne porte pas de projet politique ambitieux

et qui décevra beaucoup de ceux qui avaient soutenu un projet

social, culturel, écologiste.

Cette déception est d'autant plus forte que notre ville a été labellisée territoire à énergie positive du temps où avec les écologistes nous avions porté une ambition pour une ville en transition. Le terme de ville en transition a disparu de l'intitulé des délégations, l'ambition aussi !

Déception d'autant plus forte que cette obsession de réduire la dette, méconnaît l'analyse faite par vos services et décrit en début de ce document de débat budgétaire.

L’analyse que vous faites de l'incertitude quand au taux d’intérêt pour les années à venir devrait pourtant nous pousser à emprunter plus en 2017, alors que les taux d’intérêt sont historiquement bas, quitte à réduire nos emprunts les années suivantes. Nous plaidons lors de ce débat pour des investissements productifs. Compte tenu des taux bas, c'est le moment d'investir dans la production d'énergie renouvelable et notamment le photovoltaïque qui offrent des retours sur investissement particulièrement intéressants.

Vous avez compris que nous souhaitons une augmentation du niveau des investissements mais aussi une réorientation de ces investissements vers des investissements productifs.

Le photovoltaïque, c'est une opportunité économique de faire rentrer dans les caisses de la commune des recettes nouvelles dès la réalisation de ces installations et pour au moins 25 ans ( garanties par la plupart des constructeurs).

Opportunité économique et cohérence avec le label de territoire à énergie positive de notre ville.

Nous plaidons également pour créer une structure qui permette aux avignonnais qui le souhaitent de participer à la mise en œuvre et aux bénéfices de ces investissements. Ces structures qui existent ailleurs permettent d'ajouter l’épargne citoyenne à l'investissement public et constituent un formidable moteur pour entraîner l'adhésion des citoyens à l'élan écologique impulsé par les mairies qui en font le choix.

Nous espérons que notre proposition fera écho parmi vous et que nous la retrouverons dans le projet de budget 2017.

 

 

Merci pour votre attention

 

________________________________________________________

 

INTERVENTION SUR LA DELIBERATION : RAPPORT ANNUEL DEVELOPPEMENT DURABLE

 

Madame le maire, mes chers collègues,

 

 

  1. Une gouvernance en circuit fermé.

    1. Page 5 , vous déclinez 5 finalités et 5 éléments de «  démarche » , ou de méthode. Vous commencez par citer comme premier pilier de votre démarche la « participation de la population et des acteurs locaux ». Mais à ce jour, cette participation n’existe pas. La gouvernance s’exerce en cercle fermé.

    2. Vous citez une « charte de la démocratie locale » Où est-elle ? En tant que conseiller municipal, je n’en ai pas eu connaissance. Et je n’ai pas le souvenir que la presse s’en soit fait l’écho. Si cette charte existe, où peut-on en prendre connaissance ? Quel en a été l’influence en 2016 ?

    3. Le suivi et l’évaluation : l’évaluation repose sur la mise en place d’un cadre référentiel qui décline des objectifs calés dans le temps, et des indicateurs permettant notamment d’apprécier le degré d’atteinte de ces objectifs à travers les effets constatés sur le terrain (efficacité),ainsi que leur impact au regard des moyens dépensés (efficience). C’est sur ce principe que sont organisés les agendas 21. Nous n’avons pas connaissance qu’un tel référentiel existe, et si c’est le cas, pourquoi n’est-il pas public ? Puisque c’est le comité de suivi PCET et TEPCV qui assure cette fonction de suivi et d’évaluation de la stratégie municipale de développement durable, est-ce que vous envisagez d’ouvrir ce comité à des représentants des oppositions municipales , ainsi qu’aux représentants du monde économique , ou encore aux syndicats de salariés , ainsi qu’à des associations de la société civile ? De cette manière, vous pourriez, à bon droit, vous prévaloir d’une pratique de participation des acteurs, et non pas à travers une charte dont personne n’a jamais entendu parler.

 

A notre connaissance, il n’y a pas d’instance qui permette d’associer les habitants et d’appréhender la problématique du développement durable d’une manière globale. En clair c’est toute la dimension participative et citoyenne de notre politique de développement durable qui est à reprendre. Il convient évidemment de mener ce travail en coordination avec le Grand Avignon. Nous pensons que le moment est venu de mettre en place le conseil de développement durable du Grand Avignon , et si vous en prenez l’initiative politique, nous serons à vos côtés.

 

  1. Sur les contenus , il manque beaucoup de choses.

    1. Il manque toujours une charte de l’arbre en ville ainsi qu’un règlement de voierie protégeant notamment les arbres des engins de chantier.

    2. Il n’y a rien sur la problématique des risques naturels et industriels auxquels nous sommes exposés. C’est pourtant un aspect essentiel de la durabilité de notre collectivité humaine. Il serait souhaitable de travailler à l’avenir avec votre collègue chargé de cette délégation.

    3. Sur la question de l’énergie, les plans climat air énergie territoriaux doivent décliner à l’échelle locale des objectifs portant d’une part sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’autre part sur la production et la consommation d’énergies renouvelables. Page 17 , vous nous informez sur la baisse de la consommation de la Ville et sur le mix entre gaz , électricité et fioul, mais vous ne dites rien sur les modes d’approvisionnement en énergie, sur le recours à des producteurs d’ énergies renouvelables. Et d’autre part, vous n’abordez pas l’aspect production locale d’énergies renouvelables, alors que nous avons à la fois les ressources, et l’ingénierie avec Citadis. Investir dans les énergies renouvelables, c’est bon pour la planète et c’est bon pour les finances de la ville.

 

    1. La page 30 consacrée à l’ économie sociale et solidaire est indigente : ce n’est pas parce que vous passez un accord avec FACE pour faire de la sensibilisation aux économies de gaz qu’on est dans l’ESS. Il serait plus adéquat de faire état ici des initiatives heureuses prises depuis deux ans en matière d’habitat participatif. On pourrait aussi s’inspirer de certaines communes qui ont favoriser l’émergence de coopératives d’habitants en matière de production d’énergie. Pourquoi pas à Avignon ? Par contre, vous avez occulté la monnaie locale complémentaire, alors que cela faisait partie de nos engagements communs sur la mandature. C’est pourtant un des rares leviers permettant d’agit pour conforter les producteurs et les commerçants locaux. Cette absence est réellement incompréhensible, alors que de plus en plus de commerçants adoptent la monnaie locale complémentaire, y compris au sein des Halles.

 

    1. Vous abordez le problème de la qualité de l’air interieur dans les écoles, mais le sujet de la qualité de l’air extérieur est juste évoqué pour dire que c’est grave, mais quid de la mise en œuvre d’actions appropriées, hormis au centre-ville ? On ne peut pas attendre la LEO en 2025 pour diminuer la pollution sous les fenêtres de la rocade. Il serait possible de mettre en œuvre dès à présent :

      • Il serait temps de prendre des mesures d’information et de prévention sanitaire pour les populations les plus exposées, en partenariat avec le CODES, les centres sociaux, les établissements scolaires.

      • Il serait temps de poser une balise de mesure des PM sur la rocade, et d’effectuer des mesures ponctuelles avec des balises mobiles sur les stades fréquentés par les élèves des établissements scolaires proches des grands axes.

      • Il serait temps aussi de définir un dispositif de mesures de limitation de la circulation en cas de dépassement de pics de pollution, en coordination avec les maires des communes du GA.

      • Il serait temps aussi de reprendre avec le préfet les discussions portant sur la déviation du trafic des camions.

 

  1. Je voudrais terminer sur une note positive. Les progrès qualitatifs sur la cantine scolaire à la fois sur le plan diététique, de la lutte contre les gaspillages, et de la promotion des approvisionnements en circuits courts, nous apportent la preuve que quand un service public est géré en régie publique, le politique et le citoyen arrivent à se faire entendre, alors que pendant des années, les parents d’élèves , dont j’ai fait partie , n’ont jamais pu peser sur la qualité des repas confectionnés par une société privée.

 

 

Je vous remercie.

 

Commenter cet article