Conseil Municipal du 26-04-2017 à Avignon.

Publié le par Europe Ecologie-Les Verts Grand Avignon

 

Retour sur le Conseil Municipal du 26-04-2017 à Avignon.

 

Un Conseil Municipal où nous avons fait deux interventions importantes et déposé une question orale.

 

Nous sommes intervenus sur :

 

  1. La délibération relative au plan stratégique pour le développement du commerce de proximité. En résumé, cette déclaration d'intention manque de concret et de concertation. Vous pouvez prendre connaissance de notre intervention. Nous nous sommes abstenus sur le fond mais aussi sur la forme car nous n'avons pas pu avoir accès aux documents qui ont servi à élaborer cette délibération. Vous trouverez 3 propositions concrètes dans notre intervention.

  2. ZAC Bel Air - Approbation du dossier de réalisation de la ZAC et du programme des équipements publics. Le gros problème de cette ZAC est quelle sera située à proximité immédiate de la future autoroute urbaine ( la LEO) . C'est de plus une zone principale d'habitation alors que chacun s'accorde à dire qu'il faut éviter les zonages et privilégier la mixité fonctionnelle avec la construction de logements d'habitation, de commerces, de bureau, d'administrations d'espaces verts et de services publiques.

  3. Nous avons déposé une question orale relative à la monnaie locale, la ROUE. A force d'intervenir sur ce sujet, on nous a enfin promis une délibération dans ce sens au prochain conseil. Renseignements sur http://www.laroue.org

 

Ci-dessous,les interventions d'Olivier Gros et Jean-Pierre Cervantes

 

 

Délibération relative au plan stratégique pour le développement du commerce de proximité.

Deux séries de remarques

1 ) Sur votre méthode de concertation. Sur ce sujet, difficile à traiter, il aurait été bienvenu de convier les membres de la commission municipale du commerce, à apporter leurs contributions. Au lieu de quoi, d’une part, on nous refuse l’accès aux documents préparatoires, d’autre part, on nous présente un dossier tout ficelé, et à propos duquel une concertation, dont nous apprenons par là même l’existence, est déjà bouclée. Vous avez rencontré les associations de commerçants, mais pour quel résultat ? Quelles sont leurs idées, leurs priorités, leurs attentes ? Que pensent-elles de ce document ? En seront-elles signataires ? Sur un tel sujet, vous auriez pu organiser une grande concertation citoyenne, sur plusieurs semaines, avec le concours des medias.

Au-delà d’une vraie concertation des élus et des citoyens, il nous semble que ce plan d’action stratégique en faveur du commerce de proximité ne saurait être convaincant que s’il prenait la forme d’un diagnostic réellement partagé et d’un contrat d’objectifs associant la Ville, la Communauté d’Agglomération dont c’est désormais la compétence, et les deux chambres consulaires.

2) sur le document lui-même. Il se présente en trois parties.

D’abord une monographie macro-économique sur le commerce et l’artisanat en 2017.

Puis, le rappel d’un certain nombre de politiques publiques (réglementation urbaine, rénovation des quartiers, mobilité, sécurité) qui certes ont leur utilité respective de manière indirecte, dont acte.

Restent trois pages de propositions assez « habituelles », comme la création d’un groupe de travail ou d’un fonctionnaire municipal référent.

Moins habituel, vous voulez : « accompagner les commerçants et les artisans dans leur adaptation aux mutations », comme si ces entrepreneurs n’en étaient pas capables. Exemple : sur la question de la transmission reprise et des entreprises en difficulté, quelle valeur ajoutée pensez-vous que la ville puisse apporter ? N’importe quel expert-comptable vous précisera la marche à suivre…

Contre-sens que de cantonner la Monnaie Locale Complémentaire à l’Economie Sociale et Solidaire alors que les centaines d’entreprises qui l’acceptent déjà relèvent de tous les secteurs d’activités, qu’ils soient de l’économie solidaire ou pas. Promouvoir la Roue, c’est l’occasion de réaliser la promesse page 11 de votre programme: « mobiliser tous les leviers possibles au niveau municipal afin de remettre en marche le cercle vertueux création d’activité-emploi-cohésion sociale pour tous les avignonnais en particulier les jeunes ».

Par contre, ce document reste muet sur l’articulation nécessaire avec notre Communauté d’Agglomération, à qui la Loi Notre vient de transférer la compétence « commerce de proximité », et ce à juste titre, car c’est bien l’intercommunalité qui est la bonne échelle quand on parle commerce de proximité et zones commerciales. Est-ce que la ville va travailler seule, ou va-t-elle y associer le Grand Avignon dont c’est désormais la compétence ?

Votre document est également muet sur le budget à engager, sur le calendrier à tenir, sur les indicateurs de résultat à respecter.

Voila, par exemple trois idées:

  • les écologistes proposent qu'une enveloppe budgétaire soit attribuée pour un appel à projets « commerce artisanat », sur des critères clairs, coconstruits avec les chambres de Commerce et des Métiers. C'est une mesure à la fois concrète et participative !

  • Deuxième idée : nous proposons de verser les indemnités d’élus en Roues, ce qui nous incitera à dépenser notre argent chez les commerçants et artisans indépendants, plutôt que dans la grande distribution.

  • Troisième idée : veiller au maintien des services publics de proximité, comme La Poste qui concourent aussi à la prospérité des commerces aux alentours.

Des idées, il y en a plein, y compris sur les bancs de vos oppositions. Il est urgent d'ouvrir les portes à toutes les bonnes volontés qui ont des idées à proposer, de créer une dynamique. Il s’agit en fait de renouer avec cet esprit d’ouverture qui avait donné le ton de votre campagne de 2014. Il est encore temps, mais il est grand temps !

 

 

Madame le maire, chers collègues

 

Pourra-t-on encore parler de « Bel air » une fois que la LEO aboutira à proximité de ce quartier ?

Non seulement il y aura le trafic de transit que nous connaissons aujourd'hui et qui est déjà problématique à certaines heures, mais à cela viendra s'ajouter l'augmentation de circulation qu'apporte toute nouvelle voie, enfin tout le trafic poids lourds du super MIN de Chateaurenard  qui utilisera cette voie pour se raccorder à l'autoroute A7!

 

Bonjour et bienvenue à « Bel Air » !

 

Selon nous un plan d'urbanisme moderne ne se construit plus le long d'un axe de circulation majeure, nous refaisons exactement l'erreur de la rocade avec des habitations le long d'un axe de circulation majeur avec les problèmes de santé associés.

Accepter ce tracé de la LEO est déjà une erreur manifeste qui démontre la courte vue des élus, qui ne seront plus là lorsque les problèmes surviendront ! Construire une zone d'habitation à proximité de la jonction de la LEO avec la route de Marseille, c'est s'enfoncer un peu plus dans les problèmes.

 

Un plan d'urbanisme moderne se construit autour des axes majeurs de transports en commun. Certes, il y aura une ligne de bus mais vous avez refusé, Madame le Maire, l'arrivée du tram dans ce quartier, nous pensons que c'était une formidable occasion... ratée !

 

En terme de construction le projet que vous nous présentez est, sur le papier, satisfaisant en terme de qualité de construction et d'intégration paysagère. Qu'en est-il de la production d'énergie , notamment photovoltaïque ou de chauffage solaire ?

Il n'est en revanche pas à la hauteur en matière de mixité fonctionnelle, c'est principalement un quartier d'habitation qui conduira les habitants à prendre leur voiture pour faire leurs courses, aller au travail et pour la plupart des déplacements exceptés peut-être et ce serait déjà une bonne chose, pour se rendre à l'école ( encore que je nous n'avons pas noté de large périmètre piéton autour des groupes scolaires.)

Ce matin, nous assistions à une conférence de presse sur le bilan à mi mandat du Grand Avignon et s'agissant de Courtine, vous avez apporté votre soutien à l'idée d'une ville nouvelle avec un quartier dont une des caractéristiques est précisément la mixité fonctionnelle avec la construction de logements d'habitation, de zones commerciales, de bureau, j'ai même entendu administrations et espaces verts.

Pourquoi ce qui serait valable d'un côté ne le serait-il pas de l'autre ?

Enfin,en terme de densité d'habitation, notamment pour la première tranche, on est relativement bas, alors que nous savons que c'est un enjeu urbanistique majeur si nous voulons préserver des terres agricoles péri-urbaines.

On a donc un discours pour augmenter le commerce de proximité avec un plan que vous nous avez présenté et on construit une nouvelle zone d'habitation sans commerces de proximité, invitant les habitants à utiliser les grandes surfaces à proximité. Nous vous invitons à plus de cohérence !

 

 

Nous avons un agriculteur sur cette zone, il nous a été dit que l'intention est d'acheter à terme ses terres pour construire, n'est-il pas judicieux d'envisager un partenariat pour une vente locale avec les habitants ? C'est peut-être l'occasion de créer une dynamique locale, en tout cas, c'est une idée qui nous semble intéressant d'explorer. La transition c'est par ce type d'initiative qu'on l'a construit.

Nous avons appris que tout le quartier serait une zone de rencontre , c'est à dire limitée à 20km/h et avec la priorité aux piétons et aux vélos. Pouvez vous nous dire quels moyens vous envisager de mettre en œuvre en terme de voirie, de type de revêtement des chaussées, de mobiliers urbains, d'espaces verts, de lieux de rencontre  ? C'est l'occasion de faire un test grandeur nature d'un espace apaisé où la voiture ne règne pas en maître.

 

Pour conclure :

Nous espérons que les futures habitants seront bien informées avant achat de l'arrivée probable d'une autoroute urbaine à proximité et que dans le désir de commercialiser cette première tranche cela ne leur sera pas caché.

Nous souhaitons que la mixité fonctionnelle soit revue à la hausse .

Nous proposons de faire de ce quartier un terrain d'expérimentation de zone apaisée et d’approvisionnement local agricole. Pourquoi également ne pas viser le label d'éco-quartier.

 

___________________________________________________________

 

Question orale


 

La promotion d'une monnaie locale complémentaire fait partie des engagements électoraux que les candidats socialistes , radicaux, communistes, écologistes et divers gauche, élus en 2014, ont pris devant les électeurs.

Or, à mi-mandat, ce soutien ne s'est pas encore concrétisé. En outre, dans le plan d'action stratégique que vous venez de présenter, il est seulement fait référence à la monnaie locale comme possibilité d'expérimentation au titre de l'économie sociale et solidaire, ce qui est une vision réductrice car une monnaie locale s'adresse bien à l'ensemble des entreprises locales indépendantes de la grande distribution.

Pour autant, l'implantation de la Roue a nettement progressé ces derniers mois, par exemple au sein des Halles où plusieurs commerçants acceptent désormais la Roue. Aujourd'hui, des monnaies locales complémentaires existent un peu partout en France et en Europe, et de nombreux territoires ont depuis longtemps dépassé le stade de l'expérimentation, y compris sous la forme de flux dématérialisés.

Les difficultés que connaît le commerce de détail indépendant, en centre-ville , ou sur le quartier Saint-Ruf,  rendent le recours à cet outil  encore plus nécessaire.  En effet, une monnaie locale permet de flécher vers le commerce local une partie du pouvoir d'achat de la population locale, évitant ainsi un déséquilibre trop marqué de l'offre vers la clientèle touristique.

Il est par exemple possible à une collectivité de régler une partie des primes de personnel ou des indemnités d'élu en monnaie locale pour effectuer des achats de la vie quotidienne, tout en leur procurant un bonus de 5% en pouvoir d'achat grâce à l'opération "La Roue en Plus" , financée par la Région (tous renseignements sur http://www.laroue.org) 

Madame le maire, pouvez-vous donc nous préciser davantage la place que vous entendez attribuer à cet outil de développement local dans le plan d'action stratégique pour le commerce de proximité et l'artisanat que vous avez présenté aujourd'hui au Conseil Municipal ?

Olivier Gros , Jean-Pierre Cervantes

 

ORDRE DU JOUR DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU : MERCREDI 26 AVRIL 2017 A 18 HEURES

http://www.avignon.fr/fileadmin/actualites/documents/Interne/ordredujour26avril17.pdf

 

 

Commenter cet article