Changement et dérèglement climatique

Publié le par Les Verts Avignon

Voici un communiqué de presse , qui tente une explication pédagogique pour  les objectifs de décroissance de nos rejets de CO2 au plan mondial .Ce texte ne traite pas des autres gaz à effet de serre Notons  pour la compréhension qu'une tonne de carbone correspond à environ 3,5 tonnes de CO2.Aujourd'hui si on admet la corrélation entre le taux de CO2 dans l'air et le rechauffement  climatique,l'objectif admis par de plus en plus  de scientifiques du GIEC  dont Hansen à la Nasa ,mais aussi d'associations écologistes au plan mondial  est  de passer de 390 parties par millions de CO2  dans l'air  en 2009 à moins de 350 parties par millions le plus rapidement possible , l'idéal serait d'y parvenir d'ici 2050 .Comment y parvenir voila l'enjeu ?
Très cordialement
René Pélisson Ingénieur physicien, Porte Parole des Verts  TEL 04 90 23 56 80
Avignon le 23 octobre 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE:

Changement et dérèglement climatique
Comprendre et agir avant  et après le sommet de Copenhague !
Les scientifiques du Giec (Groupement International sur l’Évolution du Climat) ont confirmé depuis près de 20 ans l’implication des activités humaines et de nos rejets de gaz à effets de serre dont le CO2 dans le dérèglement climatique.
Avant le  vingtième siècle le taux de CO2 dans l’air était de près de 280 parties par millions, aujourd’hui ce taux se rapproche de 390 parties par millions (près de 40% de croissance en un peu plus d’un siècle).
Au plus le taux de CO2 augmente, au plus on amplifie l’effet de serre et le déréglement
climatique. Pour freiner le déréglement climatique il faut revenir à moins de 350 parties par millions de CO2 dans l’air et donc dans un premier temps ne pas rejetter plus de CO2 que la planète ne peut absorber, puis en rejeter  toujours le moins possible pour que le CO2 accumulé progressivement en trop dans  l’air puisse être absorbé par les puits de carbone.On amorcera  ainsi  la décroissance de 390 parties par millions de CO2  vers moins de 350 parties par millions !
Voici les chiffres mondiaux annuels :
Chaque année la planète par ses puits de carbone peut absorber  environ 3 milliards de tonnes carbone.
Voici le problème
 (les ordres de grandeurs des rejets mondiaux de CO2 en tonnes carbone).
Rejets mondiaux 1990 : 6 milliards de tonnes carbone.
Rejets mondiaux 2009 :10 milliards de tonnes carbone.
Voici les objectifs à se fixer dans l’idéal à Copenhague !
1) Sur 10 ans 2010-2020 baisse de 50% des rejets mondiaux annuels par rapport à 1990 c’est à dire revenir à 3 milliards de tonnes carbone rejetés en 2020, en fait cela revient à passer de 10 milliards de tonnes rejetés en 2009 à 3 milliards (la baisse réelle par rapport aux rejets 2009 est donc de 70%).
2)Sur les 30 ans suivant 2020, le but est de réaliser l’objectif pour 2050 d’une baisse  de 90 %  de nos rejets par rapport à 1990 c’est à dire passer de 3 milliards de tonnes carbone rejetés en 2020 à 1 milliard voir 0,6  milliard de tonnes en 2050.
En résumé il s’agit bien de passer de 10 milliards de tonnes carbone rejetés en 2009 à moins de 1 milliard de tonne rejetés en 2050, il s’agit bien d’une division par 10 voir par 20 de nos rejets actuels mondiaux .cela revient dans les faits à une décroissance massive de ces rejets, cela revient en fait à décarboner complétement nos activités,notre économie, c’est une véritable révolution.
Peut-on réussir ce défi au plan mondial ? ce sera difficile, mais qui ne tente rien n’obtient rien. Il faut donc foncer à tous les niveaux vers l’écologie au plan individuel, associatif et politique c’est la seule solution viable pour nos enfants et les générations futures.
Des solutions existent déjà,
la créativité de l’humanité doit aussi jouer à fond, il s’agit ni plus ni moins de sa survie.

Pour parvenir à relever ce défi l’idéal serait de se fixer collectivement un objectif de décroissance mondiale de 10% par année de nos rejets et cela sur près de 30 ans à venir.

En fait cette décroissance peut se faire plus vite si nous nous y mettons tous, la taxe carbone ne suffira probablement pas, du moins comme elle est partie , l’idéal pour que les objectifs soient atteints serait que chacun de nous , nous ayons des objectifs, voir des quotas à ne pas dépasser, cela conduit  véritablement à un plan de rationnement à appliquer collectivement pour sauver l’humanité.
En fait cette décroissance ne sera pas continue, les gouvernements doivent prendre des mesures pour aider financièrement et obliger tous les citoyens à :
1) Isoler massivement leur habitat (en 15 jours possibilités de réduire de 50 à 100% les rejets liés au chauffage).
2) Trouver une alternative à la voiture
rejetant du CO2, et passage chaque fois que possible aux transports en commun, vélo et marche à pied (possibilité de réduire de 50 à100% les rejets liés aux déplacements rapidement).
3)Manger bio local et de saison, la aussi possibilité rapide de réduire de 50 à 90% les rejets.
Cette nécessité absolue de faire décroître de façon vertigineuse nos rejets de gaz à effet de serre va tout révolutionner, si nous réussissons, nous aurons accompli un grand pas pour préserver la survie de nos enfants et des générations futures.

Le changement climatique  s’accélère selon les Nations Unies
Le programme des Nations Unies pour l’environnement s’inquiète d’un réchauffement du globe plus rapide que celui prevu par le GIEC dans son rapport de 2007.
Le PNUE a constitué un compendium à  partir de 400 articles scientifiques publiés depuis 2007. « C’est un signal d’alarme. Le temps des hésitations est terminé. » estime Ban Ki-Moon le secrétaire général des Nations Unies (www.unep.org).

Nous vous demandons aussi de signer les 2 appels des organisations non gouvernementales internationales que vous trouverez sur internet :
1) L’appel de la coalition “ultimatum climatique”
Conscients des enjeux qui sont devant nous, 11 ONG écologistes, humanitaires et urgentistes ont décidé de signer et de lancer l’appel « L’ultimatum climatique », pour un million de signatures pour le climat. De nombreuses autres ONG nous rejoignent, telle que ATTAC, Fac Vertes, le GRET,...
Signez sur www.copenhague-2009.com
2) L’appel urgence climatique justice sociale
http://www.justice-climatique.org/2009/03/la-coalition-justice-climatique.html#justice
Voir le blog : http://climatjustice.org/
Voici un bref extrait de l’appel ci-dessous :
Des mesures véritablement alternatives sont nécessaires au plan mondial
Les objectifs de réduction des émissions de GES à atteindre ne peuvent l’être que par l’adoption, par les collectivités, les pays et les ensembles régionaux, de mesures radicales et alternatives :
- Démocratisation de l’économie, qui doit être orientée vers la satisfaction des besoins sociaux et le respect des contraintes écologiques, et non par le profit à tout prix, par les diktats de la société de consommation et du productivisme ; cela implique le soutien aux circuits courts, à l’économie sociale et solidaire, au secteur coopératif ;
- Réorientation des investissements (notamment de recherche) vers les énergies renouvelables, la cogénération, l’efficacité énergétique et les projets écologiquement soutenables ; valorisation de la sobriété énergétique ;
- Reconnaissance et protection des biens publics mondiaux tels que l’énergie, le climat, les forêts, la terre et l’eau ; arrêt de la déforestation, protection des forêts primaires et des océans, et, de façon générale, défense de la biodiversité sauvage et cultivée ;
- Relocalisation des activités économiques, rapprochement des lieux de vie et de travail, maîtrise de l’urbanisation, développement des transports collectifs, limitation du transport aérien ; taxation juste et progressive, au niveau national et international, de l’énergie et des transports les plus polluants ;
- Retour à la régulation du commerce international, garantissant notamment la souveraineté alimentaire et le développement massif de l’agriculture paysanne, au Nord comme au Sud ;
- Promotion d’un modèle alimentaire alternatif au modèle des pays industrialisés (majoritairement à base de protéines animales) afin de pouvoir diminuer les surfaces cultivées pour l’alimentation animale, donc réduire les émissions de GES du secteur agricole ;
Rénovation massive des bâtiments et promotion de la construction écologique…

L’observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) vient de publier son rapport intitulé “L’évaluation du coût des impacts du changement
climatique et de l’adaptation en France”.
Ce rapport affirme que le réchauffement climatique aura de très lourdes conséquences en France, pour en savoir plus :
www.ecologie.gouv.fr/-onerc-html

Pour plus d'infos:
René Pélisson Porte Parole des Verts  04 90 23 56 80 

Commenter cet article