Pollution de la nappe phréatique d’Avignon

Publié le par Les Verts Avignon

Communiqué de Presse:
Les Verts et Europe Écologie  dénoncent la pollution de la nappe phréatique d’Avignon et les 3 ans de  retard de la Mairie pour sa prise en compte  !

Cette pollution au tétrachloroéthyléne (PCE) produit cancérogéne est extrêmement grave .
Ce solvant(PCE)  utilisé jusqu'à présent  comme nettoyant à sec dans les pressings,mais aussi pour le nettoyage et le dégraissage des métaux  est plus fluide que l'eau et sa migration est donc plus rapide que l'eau dans le sous sol .Ce solvant lorsque il est ingéré se fixe d'abord dans les tissus graisseux et le lait maternel,on en retrouve aussi dans le sang comme le souligne la fiche des données toxicologiques et environnementales des substances chimiques de l’INERIS dans sa dernière mise à jour du 25 septembre 2008.
Examinons la chronologie connue de cette pollution en Avignon:
La première pollution a été découverte au printemps  2007 dans la zone de Foncouverte,.Il est inadmissible d'apprendre qu'au bout de 3 ans la source de cette pollution n'a toujours pas été trouvée et  surtout  qu’il a fallu attendre 3 ans pour commencer à cerner l'etendue de la  zone polluée .Normalement lorsque on découvre une grave pollution d'une nappe phréatique  en quelques heures voir au pire quelques jours  on devrait être capable de faire une cinquantaine de prélèvement  dans les forages existants sur un périmètre de rayon de 1 à 5 km autour du site initial .Il est inadmissible d’avoir attendu autant de temps .
On peut  observer ( pure coïncidence!) que la mairie informée pour Foncouverte  en 2007 a commencé à donner  cette information juste  après les élections municipales de 2008 et que pour la deuxième phase l'information connue par la mairie en 2009 précisée début 2010  a été donnée juste le lendemain  du deuxième tour des  élections régionales le 22 mars 2010  .
Dans le cas de la découverte d'une grave pollution,le temps est vital pour contenir celle-ci et éviter au maximum les conséquences sanitaires pour les populations .Aujourd'hui  les riverains de la zone polluée  sont en droit de protester pour ce retard d'information.Il est probable que depuis 3 ans ou même plus certains riverains aient consommé de l’eau polluée,le mieux seraient de conduire quelques analyses et une petite étude epidémiologique  sur les  riverains les plus exposés pour connaitre les dégats sanitaires  de cette  contamination.
Par ailleurs il est urgent de connaitre dans les heures,les jours qui arrivent l'origine de cette pollution d’abord pour la stopper immédiatement au cas ou elle persiterait encore .
Enfin nous demandons de généraliser les contrôles de l'ensemble des nappes phréatiques de l’agglomération d’Avignon car il est possible que cette pollution existe ailleurs dans l'agglomération au vu de l'expérience acquise pour la pollution au PCB qui est maintenant généralisée  pour les rivières .
Nous demandons aussi un renforcement  des périmètres de protection de la saignonne qui alimente en eau potable tous les Avignonnais .Il serait catastrophique qu'une telle pollution rende inutilisable la saignonne qui rappelons le se situe également à proximité  immédiate du centre commercial  Mistral 7 Nous ne sommes pas à l'abri d'une grave  pollution notamment depuis l'autorisation  de la construction de plusieurs garages automobiles dans les perimètres de protection rapproché du champ captant de la saignonne.
Pour éviter de nouvelles  catastrophes il faut  encore renforcer la réglementation ,mais aussi faire de l'éducation et de l'information des citoyens sur la dangerosité de l'utilisation des substances toxiques pour l'environnement et la santé .
Il existe des alternatives notamment  à l'utilisation du tetrachloroéthyléne :
Le Danemark et les États-Unis ont interdit l'installation de nouveaux pressings utilisant ce solvant, produit qui devrait être totalement retiré aux États-Unis en 2020  . L'UE a engagé une politique de réduction du risque et des émissions de tétrachloroéthylène  avec la directive 1999/13/CE relative à la réduction des émissions de composés organiques volatils dues à l'utilisation de solvants organiques dans certaines activités et installations  . En France, 15 000 personnes seraient exposés, au travail, à ce solvant  .Il existe des alternatives au tetrachloroethylène  notamment le  lavage  ( nettoyage humide ), l'utilisation  du siloxane (procédé GreenEarth),  l'utilisation du dioxyde de carbone  ...
René Pélisson.
Ingénieur INSA
Porte parole des Verts et d'Europe Écologie en Avignon
04 90 23 56 80
rene.pelisson@numericable.fr

Commenter cet article